Nick Cave et The Bad Seeds, nous poussent vers le 7ème ciel…

Cette année est l’année des grands retours : David Bowie, Les Stooges, Bertrand Cantat, Queens of the Stone Age, The Strokes, The National, My Bloody Valentine, Eminem, Justin Timberlake. Qu’on les attende ou pas… La fin de monde n’a pas eu lieu, tant mieux, on en aurait manqué des choses !…

5 ans, c’est long… Il semblerait que ce bon vieux Nick ait été bien occupé depuis « Dig, Lazarus, Dig!!! » sortie en 2008 : un livre The Death of Bunny Munro, un film Lawless (« Des hommes sans loi ») et une autre formation musicale (Grinderman)… Et nous, hé bien on attend. Mais notre attente n’a pas été vaine et est nettement récompensée avec « Push the Sky Away ».

NCTBS_LeadShot_Credit_Cat_Stevens-small1-768x616

Back to the past…

Les Bad Seeds (http://www.nickcave.com/) se sont formés en 1983 autour de Nick Cave et Mick Harvey (tous deux ex-Birthday Pary), regroupant tour à tour des Australiens (Nick Cave, Mick Harvey, Hugo Race, Anita Lane, Tracy Pew, Martyn P Casey, Conway Savage et Warren Ellis), des Allemands (Blixa Bargeld et Roland Wolf), des Anglais (Barry Adamson et James Johnston), un Suisse (Thomas Wydler), des Americains (Kid Congo Powers et Jim Sclavunos)…

Un premier album dès 1984 : “From Her To Eternity”. 14 lui succèderont : 1985 : The First Born is Dead, 1986 : Kicking Against the Pricks, 1986 : Your Funeral… My Trial, 1988 : Tender Prey, 1990 : The Good Son, 1992 : Henry’s Dream, 1994 : Let Love In, 1996 : Murder Ballads, 1997 : The Boatman’s Call, 2001 : No More Shall We Part, 2003 : Nocturama, 2004 : Abattoir Blues/The Lyre of Orpheus, 2008 : Dig, Lazarus, Dig!!!.

2013: “Push The Sky Away”

Nick-Cave-Push-The-Sky-AwayDepuis quelques temps, la radio et le net nous mettent en haleine avec deux premiers extraits de l’album « Push the Sky Away » enregistré par Nick Launay, vieux copain de Nick Cave, dans le sud de la France. On a alors pu découvrir « We No Who UR » et « Jubilee Street ».

Depuis aujourd’hui, c’est officiel, on peut se délecter du nouvel album : 9 titres, 42 minutes et 48 secondes de bonheur en attendant le 18 février. C’est par là!

Dès le premier morceau, on se retrouve embarqué dans un autre monde avec une atmosphère comme Nick Cave sait les créer, avec sa voix et l’orchestration parfaite des différents instruments. C’est presque une BO de film (et on sait qu’il sait si bien les faire)… La BO du film de notre petit quotidien où boire un café semble être la plus belle action du monde sur une musique pareille. C’est comme ces envolées qui donnent de merveilleux frissons vous remontant le long de la colonne vertébrale : il n’y a qu’à écouter ce violon, à 2’17 sur « Jubilee Street », un vrai orgasme auditif. Et les chœurs qui viennent se mêler à la voix ténébreuse de Nick prolonge ce bonheur jusqu’à la fin du morceau.

Et l’album est un peu court, tant pis, on le passera en boucle…

J’en dis pas plus, à vous de le découvrir.

Les dates annoncées en France

– 11 février au Trianon à Paris (75) (Trop tard, tout complet)

– 7 juillet au festival Beauregard à Hérouville Saint-Clair (14) www.festivalbeauregard.com

– 15 août au festival la Route du Rock à Saint-Malo (35) www.laroutedurock.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s