Les cimetières, c’est aussi du patrimoine!

vue 2 cimetièreQuand on parle de cimetières… Quels mots nous viennent instinctivement à l’esprit? Morbide, glauque, cercueils, défunts… Bref, rien de très réjouissant, sauf si vous êtes branchés gothique et sacrifices de poulets, ou que vous rêvez d’être médecin légiste. Pourtant, les cimetières comprennent des richesses étonnantes, notamment les cimetières rennais! Ce n’est pas si difficile à comprendre : de notre vivant, on ne sait pas toujours comment le reste de notre existence va se passer. On ne sait même pas quand on va mourir (surtout depuis qu’on a découvert que les incas étaient vraiment de gros mythos). Mais une chose est sûre, c’est qu’on va mourir! Voilà, pour ceux qui ne le savaient pas, je vous laisse une minute pour digérer le propos…

 Bon. Maintenant qu’on sait que l’on va mourir, on imagine bien que, n’ayant pas le droit de reposer n’importe où, notre dernière demeure sera le cimetière. Alors ce lieu devient pour beaucoup de personnes un espace où l’on va tenter de résumer sa vie (ou ses plus beaux aspects!), pour que les proches s’en souviennent. Ainsi, les cimetières sont un peu comme les maisons : bien qu’il existe un modèle de base (des murs, un toit, des fenêtres), chacun va essayer de personnaliser la sienne pour se démarquer, se représenter.IMG_0489

Le cimetière devient donc un véritable site d’étude sociologique, historique, et artistique. C’est la dernière trace de diverses sociétés qui se sont succédées sur un même territoire. Classe nan?

Voilà pourquoi dans les cimetières qui se trouvent à Rennes (le cimetière du Nord, le cimetière de l’Est, le cimetière de Saint-Laurent), on va trouver tant d’éléments que les défunts ont voulu laisser .

Le cimetière du Nord par exemple (le plus ancien de la ville, 1er remplaçant des cimetières paroissiaux), offre un cadre de visite particulièrement étonnant : des allées courbées protégées par de nombreux arbres s’étendent derrière un majestueux dôme d’entrée réalisé par l’architecte Charles Millardet en 1833. Sur pas moins de 8 hectares, on rencontre une variété de styles impressionnants, en passant des chapelles classiques, des sépultures néogothiques, aux tombes plus récentes où seront dessinés un vélo, un voilier, des fleurs, suivant l’intérêt du défunt, sans oublier le columbarium qui accueille les urnes. On peut facilement se rendre sur la tombe d’anciens maires de la ville, mais encore d’artistes importants pour Rennes. Les tombes du sculpteur Léofanti, du mosaïste Odorico, du maire Leperdit, j’en passe… attendent d’être contemplées.

Les cimetières sont un réel espace patrimonial, c’est indéniable! Un véritable musée à ciel ouvert. En les visitant, c’est à travers toute l’Histoire de Rennes que nous nous promenons! D’ailleurs, l’Office de tourisme de Rennes Métropole propose ponctuellement des visites guidées. Quant au service funéraire de la ville de Rennes, il recense actuellement les différents monuments funéraire qui se trouvent dans les cimetières. Un petit document est disponible à l’accueil du Nord et de l’Est pour connaitre un peu mieux l’histoire du site et de ses défunts.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s