Austerlitz : une parcelle d’histoire européenne en République Tchèque

A l’est de la République Tchèque, non loin de la ville de Brno, les amateurs d’histoire peuvent se rendre sur le site de la bataille d’Austerlitz (en tchèque, Slavkov u Brna).

Rappelons que cette bataille a eu lieu le 2 décembre 1805 et a opposé les forces de Napoléon Bonaparte à une coalition formée par l’autrichien François II du Saint-Empire et le tsar Alexandre Ier de Russie. Austerlitz est une victoire de Napoléon Bonaparte considéré comme exemplaire du point de vue de la tactique militaire. Le champ de bataille s’étend sur une dizaine de kilomètres carrés et les possibilités de visites sont nombreuses dans les environs.

En visitant le château d’Austerlitz (en Tchèque Zámek Slavkov), vous découvrirez les lieux où a été signé l’armistice le 6 décembre 1805.Sur la colline de Pratzen (Pratecký kopec) un monument aux victimes de la bataille est visitable ainsi qu’un musée, le Musée des Trois empereurs. Enfin, pour les plus motivés, un parcours permet de découvrir tous les sites stratégiques et lieux significatifs de ce fameux affrontement. Des panneaux jalonnent le circuit, mettent ainsi en relation les différents sites et apportent un éclairage nouveau à certaines explications du musée.

Zoom sur…le monument aux victimes de la bataille d’Austerlitz

Construire un monument aux victimes de la bataille sur la colline de Pratzen n’est pas anodin. En effet, les combats ont été particulièrement meurtriers en ces lieux.

De style art-déco, le monument a été construit au début du XXè siècle, selon les plans d’un architecte originaire de Prague, Josef Fanta. L’originalité du monument est de rendre hommage à des victimes de plusieurs nationalités. Ainsi, aux quatre coins du bâtiment s’élèvent des allégories de la Russie, de l’Autriche, de la France, ainsi que des victimes civiles originaires de la région, la Moravie.

Pour visiter l’intérieur de l’édifice, il faut s’adresser au musée, où l’on peut acheter des billets qui combinent visite de l’exposition permanente et visite du monument, situés à quelques mètres l’un de l’autre. L’intérieur ressemble à une chapelle, dont les murs sont assez colorés, malgré des peintures endommagées. L’architecture réserve également quelques surprises : en installant deux personnes à des coins opposés de la salle, celles-ci peuvent se parler comme si elles étaient à côté. On a alors l’impression que la personne qui vous parle est située à l’intérieur des murs. Succès garanti avec les enfants.

Zoom sur…le Musée des Trois Empereurs

Entrons à présent dans le musée. Le parcours muséographique est chronologique : avant la bataille (mise en contexte depuis la Révolution française jusqu’aux préparatifs des combats), le déroulement de la bataille en elle-même (divisée en deux différentes salles) et enfin l’après Austerlitz (conséquences sur le plan géopolitique notamment).

Cette exposition permanente utilise largement des outils multimédias. Dans la première salle, sur un simple écran de télévision, on peut suivre les déplacements des différentes armées à travers l’Europe et comprendre comment le site d’Austerlitz est devenu le lieu où elles se sont affrontées.

Dans la seconde salle, les technologies employées sont plus immersives. Le visiteur est plongé dans le noir, il commence par entendre les conversations de deux soldats se rendant sur le champ de bataille, puis deux écrans surgissent du sol et du plafond et diffusent des extraits de films qui nous plongent au cœur des combats.

Dans la pièce suivante, un nouvel écran. Cette fois, c’est plus l’aspect stratégique qui est évoqué : une carte animée du champ de bataille avec les différentes forces en présence nous permet de suivre les mouvements de troupes.

Enfin, dans la dernière salle, une représentation grandeur nature du tableau de Jean Antoine Gros, qui dépeint la rencontre entre l’empereur François II et Napoléon Bonaparte après les affrontements, à Moulin Brûlé (à une vingtaine de kilomètres d’Austerlitz). Un enregistrement nous permet de revivre cette rencontre en diffusant le dialogue qu’auraient entretenu les deux hommes. Un film est ensuite diffusé qui explique notamment le contenu du traité signé par l’Autriche et qui se solde pour ce pays par de lourdes pertes territoriales.

Un autre avantage à souligner en ce qui concerne ce musée : une visite multilingue en tchèque, français, russe, allemand et anglais.

Et pour finir, il convient de mettre en évidence la diversité des pièces présentées dans les vitrines : documents d’archives originaux, matériel archéologique, uniformes d’époque…etc. Seul bémol : le visiteur ne peut admirer ces pièces à son rythme et doit suivre celui de la diffusion des différents supports multimédias.

 

Zoom sur…une halte du parcours : le site d’où Napoléon dirigeait la bataille

Gorgés de toutes ces informations et impressions, on peut ensuite se rendre sur les lieux mêmes où ont eu lieu ces événements. Sur une halte du parcours, on peut ainsi se retrouver sur la colline d’où Napoléon Bonaparte dirigeait ses troupes, la colline de Zuran. Une stèle commémorative y a été installée. De là, on domine effectivement les alentours et avec un peu d’imagination, on se représente aisément Napoléon juché sur son cheval, donnant des ordres à ses officiers.

Quelques liens utiles :

Site du Château de Slavkov-Austerlitz : http://www.zamek-slavkov.cz/fr/

Site du Musée des Trois Empereurs : http://mohylamiru.muzeumbrnenska.cz/fr/654-exposition-permanente-multimedia.aspx?sid=29&lid=648

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s