Concrétions calcaires et sorcellerie en Mayenne: les Grottes de Saulges

Il est étonnant de voir apparaître sur les panneaux des routes de Mayenne la direction d’un canyon. C’est pourtant dans un site exceptionnel de ce type, creusé par la rivière l’Erve, que se situent les grottes de Saulges. Le visiteur qui se rend sur les lieux est invité à se garer à l’entrée de la vallée. En descendant à pied vers le fond du canyon, il peut par la même occasion admirer le site depuis les hauteurs.

Les activités proposées dans ce lieu sont de plusieurs ordres. Tout d’abord un « parcours nature » à effectuer à pied et qui permet de comprendre la faune, la flore et la géologie du terrain, au moyen d’un livret explicatif. Il est également possible de pratiquer l’escalade sur différents parcours. Enfin, une visite guidée permet de découvrir les Grottes de Saulges.

Une vingtaine de grottes si situent dans la vallée de l’Erve, mais seulement deux sont ouvertes au public. La première, la Grotte à Margot, porte ce nom en raison d’une légende : une sorcière aurait autrefois habité les lieux et fait un pacte avec le diable avant de disparaître mystérieusement.

La Grotte à Margot a très tôt intéressé les archéologues : dès le XIXè siècle, des fouilles ont été réalisées. En 1926, la grotte a été classée Monument historique. Depuis 2002, des recherches concernant les représentations ornant les parois de la grotte ont été accomplies. Deux périodes de décoration ont été identifiées, l’une datant de l’époque Gravettienne (entre -29 000 et -23 000 avant J-C) et comprenant des peintures. La seconde comporte davantage de gravures et date du Magdalénien supérieur et final (entre -12 000 et -9000 avant J-C).

La seconde grotte visitable, la Grotte de Rochefort est quant à elle toujours en cours de fouilles. Ces dernières ont permis de mettre en évidence différentes périodes d’occupation, allant de l’époque moderne à la préhistoire. Après une première salle dans laquelle ont lieu les recherches archéologiques, la grotte se poursuit par un gouffre de plusieurs centaines de mètres, que le visiteur descend à l’aide d’une série d’échelles et de plates-formes. Le gouffre en question n’est connu que depuis la fin du XIXè siècle, lorsque le propriétaire de la grotte décide de l’excaver. Il n’a pas été occupé durant les périodes préhistoriques.

Comme cela est souvent le cas, il est à regretter que la visite guidée soit la seule alternative qui s’offre au visiteur lambda. Quelques panneaux jalonnent le parcours mais, dans tous les cas, la visite ne peut être effectuée qu’accompagné et ces panneaux ne sont pas utilisés par le guide. Il est toutefois important de signaler que le nombre de visiteur est limité à 15 personnes, ce qui offre un certain confort de visite et permet d’intervenir et de poser des questions.

Le contenu de la visite en lui-même peut cependant être critiquable sur certains points, particulièrement lorsqu’il s’agit d’évoquer l’occupation préhistorique des grottes. De ce point de vue, l’amateur de préhistoire ne peut ressortir que frustré de la visite. Dans une première salle de la grotte à Margot, le guide nous explique que les parois sont recouvertes de gravures mais qu’il est incapable d’en reconnaître une seule. La visite guidée aurait nettement gagné en intérêt si l’on avait pu découvrir au moins une représentation à titre d’illustration. Dans une seconde salle, on nous explique cette fois que les dessins présents autrefois autour de nous sont aujourd’hui recouverts de calcaire. Et pour finir, on nous vante les mérites de deux chevaux peints se faisant face…dans une salle qui n’est pas visitable!

On remarque donc qu’allier conservation et valorisation n’est pas toujours aisé pour ce type de site. La grotte de Lascaux constitue un exemple bien connu de ce genre de problème. Le choix a été fait de fermer la grotte au public afin de ne pas endommager les peintures. Seule une reproduction de la grotte est visitable.

Les fouilles de la Grotte de Rochefort sont quant à elles très peu exploitées. Le guide semble à nouveau peu informé sur ce qui a été retrouvé lors des recherches. Le seul outil de médiation exploité dans ce cadre est une stratigraphie, sur laquelle on aperçoit différentes étiquettes indiquant les différentes couches de terre correspondant à différentes périodes chronologiques de la grotte.

Il est toutefois important de noter que des visites consacrées uniquement aux gravures préhistoriques de la Grotte à Margot sont organisées de mars à novembre. De même, des ateliers pédagogiques liés à la préhistoire sont proposés à certaines périodes de l’année, comme par exemple un atelier portant sur la parure et le maquillage.

Fort heureusement, l’occupation humaine des grottes de Saulges ne constitue pas son seul intérêt. Lorsqu’il s’agit d’évoquer les phénomènes géologiques que l’on peut observer dans les différentes grottes, le guide est beaucoup plus à son aise. On peut ainsi découvrir ce qu’est une diaclase et observer à quel point cette gigantesque fissure dans la roche peut être impressionnante. De même lorsqu’il s’agit de découvrir les différentes espèces qui peuplent ce monde souterrain : au cours de la visite, on peut ainsi avoir la chance d’observer des chauves-souris en hibernation.

Enfin, la visite classique des Grottes de Saulges exploite très bien l’imaginaire qui peut naître de ce type de site. Le visiteur ne peut rester totalement insensible lorsqu’on lui explique que des corps ont été retrouvés au fond de l’une des grottes, probablement des visiteurs imprudents qui n’ont pas su retrouvé le chemin de la sortie. Dans l’éclairage tamisé de la Grotte à Margot, l’histoire de cette femme réputée sorcière fait aussi son effet, particulièrement lorsqu’un chat noir vous attend au sortir de la grotte et vous fixe de ses yeux jaunes.

Pour en savoir plus : http://www.grottes-de-saulges.com/site.htm

Publicités

4 réponses à “Concrétions calcaires et sorcellerie en Mayenne: les Grottes de Saulges

  1. Étrange, cette histoire de panneaux dans un site qu’on ne peut pas visiter sans guide… Un projet avorté?

  2. Maintenant que j’y repense (un peu tard, je viens juste de voir ton commentaire!), ces panneaux devaient servir de support pédagogique pendant les visites de classes.

  3. Bonjour, en tant que guide aux grottes de Saulges, je me doit de dire un mot !
    Ces fameux panneaux ne sont hélas guère plus exploités parce qu’ils étaient destinés à une époque où la grotte se visitait sans guide (avec audioguide). Heureusement ce n’est plus le cas, je ne vous raconte pas comment on a retrouvé la grotte après (inscriptions sur les parois pour ne citer que cela).

    Je comprend aussi fort bien la frustration de beaucoup qui ne voient pas les dessins préhistoriques parce qu’on… ne les voit pas. Vraiment. Ce n’est pas une vue de l’esprit, les inscriptions préhistoriques sont tellement bien dissimulés qu’il faut du temps pour les montrer (d’où les visites spéciales). Malheureusement, les recherches archéologiques prennent du temps, et nous essayons de faire au mieux pour en parler, et parler du reste (légende, géologie, etc).

    Bref, quelques précisions sur ce commentaire au demeurant très instructif ; on n’a rarement des retours francs sur les visites. Merci !

    • Merci à vous pour cette réponse, on comprend d’autant mieux certains aspects de la visite.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s