Une galerie à ciel ouvert

ImageEn ce moment se tient le festival Photo de mer à Vannes. Ce rendez-vous annuel de photographies dédiées à l’élément maritime au sens large nous livre cette année quelques bonnes surprises tant au niveau de la qualité que des installations scénographiques. En effet après deux années assez banales le festival investi de nouveau tous les lieux emblématiques de la ville (les remparts, le port, le château de l’Hermine) de manière inattendues, avec des clichés de qualité.

De grands formats bâchés sur des containers de cargo invitent les promeneurs de la Rabine à devenir spectateurs en y entrant pour y découvrir des clichés somptueux du groupe « tendance flou ». On se retrouve alors dans les paysages « lunaires » de Patrick Tourneboeuf qui nous emmène sur les bords de quais déserts à la rencontre d’objets portuaires non identifiés. Ou bien dans les bas fond du port de Douala au Cameroun ou les « blancs cramés » des photographies de Alain Willaume nous livrent des images fugaces qui semblent s’effacer au fur et à mesure qu’on les regarde.Image

On peut citer également les tirages gigantesques de la vague Theauppo en Polynésie par Tim Mckenna. Disposés sur les remparts de la ville close, ces photographies donnent l’impression que des litres d’eau vont s’écraser sur nos têtes tant les tirages sont impressionnants.Image

Moins spectaculaire dans la mise en scène mais tout aussi surprenant le reportage de Paul-Émile Victor dans le jardin des Bigotes lors d’un séjour d’un an (1936-1937) chez les Eskimos du Groenland. La scénographie intimiste du lieu et la qualité des tirages nous plonge dans l’univers poétique et humaniste de l’ethnologue. C’est d’ailleurs un des points forts du festival que de mêler photographies contemporaines et reportages historiques. L’autre aspect positif réside dans les animations et la programmation annexe du festival (films sur la mer, musique et contes maritimes, visites commentées…) qui ponctuent tout au long du mois d’avril ce beau rendez-vous.

En renouant avec un vrai travail de mise en espace des photographies, ainsi qu’une réflexion sur la mise en parallèle des lieux d’exposition et des thèmes abordés dans les reportages (le Mont Saint Michel au pied de l’église Saint Patern en témoigne) le festival Photo de mer 2012 semble dores et déjà un bon cru. Cette édition prend véritablement possession de l’espace urbain dans son ensemble et évite ainsi le simple événement de communication comme cela à pu être le cas par le passé. Le seul regret restera de ne pas avoir accès aux photographies des remparts passé une certaine heure alors que la mise en lumière nous y invite volontiers.

Tout le programme du festival ainsi que les animations proposées c’est ici.

Publicités

5 réponses à “Une galerie à ciel ouvert

  1. oh non pas les vielles qui font du yoga !!! non je peux pas. Et puis d’un point de vue communication une personne de dos c’est quand même pas très bien joué.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s